TERRITOIRE DE L’ORDINAIRE :

Leslie, 30 ans, Responsable partenariat chez Universal.
Écoute Radio Classique, Nova et France inter.
Avec mon cousin, nous écoutions en boucle une musique que nous adorions tous les deux. Après son décès, un jour de tristesse, je lui ai demandé de me faire un signe. Quand j'ai allumé le poste, je suis tombée sur ce morceau de Kate Jarett que nous écoutions. Pour moi la musique est définitivement un symbole de mémoire et de souvenir.

Ezeddine, âge inconnu. Garagiste
Écoute Radio Beur.
Avec les bruits des moteurs et radiateurs à soufflerie, nous n'entendons pas grand chose. Cela fait 10 ans que j'ai le même poste.

Madame Tissandier, 80 ans. Retraitée.
Je perds la vue depuis 3 ans, je n'y vois plus grand chose. Comme je ne peux plus regarder la télévision, mon fils m'a offert cette petite radio. J'aime écouter les Grosses Têtes à 16H, les histoires de crime de Pradel. Le casque c'est très bien, je comprends mieux parce que je suis aussi sourde d'oreille. En revanche, il m'empêche d'entendre quand quelqu'un sonne à la porte, c'est l'inconvénient. J'ai essayé les oreillettes mais ça fait mal.

Joe, 52 ans. Menuisier
J'écoute la radio partout, de ma salle de bain à mes chantiers. Parfois mes clients me surprennent en train de mimer la batterie. L'autre jour je suis tombé sur le Boléro de Ravel, j'ai pris mes baguettes et j'ai fait mes percussions dessus. Je suis resté scotché. Je fais du rock, c'est vrai, mais j'ai besoin de m'échapper de ce style musical.

Matthieu, 41 ans. Bassiste.
Écoute France inter.
J'ai commencé à écouter la radio avec les radios libres dans les années 80. J'avais demandé pour mon Nöel un radio k7. Un jour, ma mère à découvert que je faisais des enregistrements d'émissions diffusées à 3 heures du matin. Elle me l'a confisqué jusqu'aux vacances d'été. Je m'en souviens encore.

David, 37 ans, Encadreur.
Écoute Radio Classique.
A l'atelier j'écoute Radio Classique, il n'y a quasiment pas de publicité excepté pour les sonotonnes, la revente de l'or, les viagers, des trucs médicaux, c'est vraiment pour les personnes âgées. Je suis un néophyte en musique classique mais quand je découvre un morceau sublime, grandiose, je me surprends à chantonner la mélodie au vendeur de la FNAC pour retrouver l'album.

Monsieur Lessage. Boucher.
Écoute MFM et France info.
J'écoute France info dans mon camion tous les matins pour aller à Rungis. Ici à la boutique nous écoutons de la musique en fond sonore. J'ai ce poste radio offert par un commercial de chez Ice Tea il y a 15 ans. Il y a une voix d'une femme qui présente une émission, dès que je l'entends, je vois ma mère dans la salle de bain se mettre de la laque sur les cheveux. J'étais petit et je devais enfin avoir le droit d'entrer. Elle devait écouter la radio je suppose ?

Claude, 54 ans. Agriculteur Céréalier.
Écoute France Bleue Normandie et Nostalgie.
Quand je suis dans ma moissonneuse, je n'ai pas besoin d'en descendre alors j'écoute des émissions intéressantes. En revanche, dans mon tracteur, c'est comme un livreur qui descend toutes les 10 mn, il va écouter de la musique. Dans les années 60-70, les cabines protégeaient l'agriculteur seulement de la pluie. Aujourd'hui, nous y passons 15 heures. Alors nous avons les fauteuils pneumatiques, le GPS, la radio stéréo avec lecteur de cd et même le frigo.

Caroline, 47 ans. Designer.
J'écoute exclusivement Chant de France parce qu'il n'y a pas d'information. L'info, je vais la chercher à travers mes rencontres ou les journaux papiers. J'écoute sur mon iphone mais aussi sur une radio en forme de glace Miko chinée dans le plus grand marché aux puces du monde aux Etats-Unis, à côté de Miami. Je la trouvais drôle, en forme de cornet, elle fait années 70, elle va bien avec Chant de France.

Jean-Claude, 63 ans. Mécanicien à la retraite.
Je collectionne les radios TSF depuis l'âge de 20 ans, je dois avoir environs 84 postes en état de fonctionnement et 60 en attente de réparation. J'ai des épaves aussi que je garde pour les pièces, plus elles sont en mauvais état, plus ça m'intéresse ! Pour restaurer un poste, on le démonte entièrement. Il y a la partie châssis et toute l'ébénisterie à poncer, polir, vernir.

Lili, 8 ans.
J'écoute France inter dans la cuisine, dans la salle de bain (j'ai un poste exprès qui va sous l'eau) et dans ma chambre sur mon poste Barbie. J'ai entendu qu'il n'y avait plus assez de poissons dans la mer et j'avais peur que Kadafi devienne le président de la France. J'ai posé une question à l'émission "les petits bateaux" : pourquoi ne parlons pas tous la même langue ? j'attends tous les dimanches la réponse.

Christel, 34 ans, photographe .
Un ami m'a fait remarquer que les journées rallongeaient car nous entendions de nouveau les oiseaux chanter le matin. J'ai éteins la radio. Depuis j'allume le poste pour écouter et non plus pour une présence. La radio est un média de parole, on s'illustre les images. La conscience et les sentiments en sont percutés.

Erwan 33 ans, auteur et Alexi 34 ans, Kinésithérapeute.
Alexi : La radio est une présence, elle ne te happe pas comme la télévision. J'adore le grésillement, si le son n'est pas bon, je me satisfais du petit truc que tu ne saisis pas. Erwan : La radio c'est fusionnel, épidermique, du matin au soir. Aussi parce que le silence m'angoisse.

Josseline, 54 ans et son chat Roméo. Opticienne à la retraite.
J'écoute RTL depuis toujours. J'aime les émissions de variétés comme Stop ou encore de Vincent Perrault. J'appelle et donne mon vote pour mon chanteur préféré. J'aime m'assoir les bras appuyés sur la table et ne rien faire, j'écoute sur mon vieux poste. La qualité du son m'est tout à fait égal.

Julien, Blandine, Astrée et Félix.
Nous n'avons pas la télévision, le soir tous les quatre dans le salon, nous écoutons Radio Classique, Fip ou TSF. La radio nous réunit, pour Astrée ce sont des moments de danse improvisés et Félix danse. Le matin, en revanche, nous sommes rythmés par la matinale de France Inter spécifiquement. Le programme est un repère de temps.

Mireille, 80 ans. Agricultrice à la retraite.
J'écoute France inter à 6h30 sur mon radio réveil, ensuite au petit déjeuner, sur mon poste à piles que mon mari me pique pour aller à la salle de bain. Quand je travaillais à l'étable, je n'avais pas le temps d'écouter la radio. Aujourd'hui, je pendrais un poste autour du cou, j'ai déjà vu ça. Dans la salle de traite, certains éleveurs écoutaient la radio. Je trouve que ça fait trop de bruit pour la bête. Il faut savoir écouter nos vaches, c'est comme cela que nous savons si elles vont bien ou pas.

Victor, 20 ans. Étudiant en droit.
À la base, je n'écoute pas la radio mais un soir, je m'ennuyais et suis tombé sur une émission de foot sur RMC After foot. Cela fait 3 ans que je l'écoute. J'aime les animateurs de cette émissions, sans langue de bois, l'ambiance est comme à la maison. Ma famille est exaspérée, elle pense que je suis totalement influencé par cette émission. Il y a plus de liberté qu'à la télévision, c'est moins formaté. Ils ont d'ailleurs essayé de passer cette émission en format télé et cela n'a pas marché.

Joss, 67 ans. Libraire à la retraite.
Je suis née au milieu des postes de radio TSF dans l'arrière boutique de mon père à Montparnasse. Je me rappelle de l'odeur de la sciure de bois et de la soudure dans l'atelier. Il y avait toujours plusieurs postes allumés en même temps, c'était beaucoup de bruit et de grésillements quand il cherchait les fréquences. Il fabriquait entièrement les postes à lampe dans les années 50, ensuite il a vendu des transistors. Dans les années 60, nous vendions beaucoup de postes aux maghrébins parce qu'ils captaient mieux les ondes courtes. J'ai été toute mon enfance entourée de son. Dans ma jeunesse, j'allais à la plage ou à la campagne avec un transistor Optalix. J'écoutais Salut les copains et nous dansions autour de ce poste une partie de la nuit.

Dans la même rubrique
PAPILLON ROUGE
OUVERTURE EXCEPTIONNELLE <br>Carte blanche en résidence & exposition <br> Mairie de Villeneuve-Sur-Lot
LIENS (EXTRA)-ORDINAIRES<br>commande<br> Association Parrains par mille
LA TABLE DE L'ORDINAIRE<br>PRIX NIEPCE 2009<br>France
LA GRANDE BORNE<br>2001<br>Carte blanche de la Caisse des Dépôts
L'ÉCHO D'UN CHUCHOTEMENT<br> résidence & exposition<br>Pôle photographique Diaphane<br> Flixecourt
FROID DANS LE DOS <br>Fondation Abbé Pierre <br>exposition & publication
UN AIR DE REPOS <br> Travail en cours
BIENVENUE CHEZ NOUS<br>Carte blanche en résidence & exposition<br>Pôle photographique Diaphane
IMMOBILE HOME