Éloge du quotidien :

BIENVENUE CHEZ NOUS
Carte blanche en résidence & exposition
Pôle photographique Diaphane

La maison est un espace refuge contre les désordres du monde. Elle nous protège comme la mère protège l’enfant dans son ventre. À la campagne, pourtant loin de tout vacarme, la maison individuelle se maintient dans un héritage médiéval, impénétrable tel un château fort, avec ses hauts remparts de buis touffus, taillés au cordeau et son portail électrique en guise de pont levis. Les rideaux deviennent une coquetterie française, partout dans le monde, on vit sans dentelle aux fenêtres. 

Pour les gens qui ont fait le choix de vivre à la campagne, la maison et son espace extérieur sont des abris précieux dont il faut prendre soin face à une société hystérique. Avec le confinement, les français agglutinés dans les immeubles de centre ville se sont rués à la campagne pour profiter d’un jardin, de l’espace et du grand air. Jamais nous n’avions réalisé que l’accès à la nature et au grand air était vital à ce point.

À la campagne donc, la vie se la coule douce dans les potagers, l’homme s’invente un quotidien au ralentit, il dîne sur sa terrasse et se lève presque au chant du coq. Il prend le temps d’aller chercher les oeufs dans la basse-court. Il se soustrait à l’ordre social et à la violence des choses en étendant son linge sur le fil au fond du jardin, à l’écart du monde, dans une liberté toute buissonnière. « L’art de produire est à la ville, l’art de vivre quant à lui, est à la campagne ». Prendre soin de son chez soi, de sa maison, c’est avant tout prendre soin de soi et de sa famille, c’est savoir vivre dans une lenteur et une plénitude d’un autre temps.

Stéphanie Lacombe

Comme ses voisins, Thérèse a tondu le gazon, repeint ses barrières et ses volets. Elle a passé l’après-midi à tailler sa haie qu’elle veut impeccable

Mamie Lydie interpelle Prune sur son tracteur pour qu'elle pousse Louise à son tour

Quand Caroline décide enfin de descendre de son échelle, c’est trop tard, les voisins sont déjà partis

Catherine part en cuisine chercher la suite du déjeuner, au passage elle jette l’eau des glaçons

André ne jardine jamais sans sa pipe

Le temps presse, il y encore pas mal de choses à faire

Chaque matin, Claudine attend Robert qui va chercher le courrier

Maryse peut faire le tour du corps de ferme depuis son aménagement en espace handicapé

Temps calme, Didier et Clara se sont occupés du potager tout l'après-midi

Les invités de Denise attendent à l'intérieur qu'elle termine d'arracher les dernières herbes

Nadine démarre un potager derrière la maison, sous les regards attentifs de sa fille Iris et son mari

Jacqueline secoue ses chaussures avant d'entrer, c'est un principe

Non, tu ne dormiras pas à la maison ce soir

Monsieur Maugez cherche ses clefs

Amélie et Lucie trouvent le week-end à la ferme un peu long

Simone commente l'actualité auprès de Charles qui est occupé à autre chose

Marcelle a pris les habits de son mari pour l'épouvantail du jardin

Un coup de fusil vient de retentir dans la vallée à l'heure de l'apéro

Si ses chiens ne s'en occupent pas, c'est Brigitte qui tue et plume les poules du jardin

Dans la même rubrique
PAPILLON ROUGE
OUVERTURE EXCEPTIONNELLE <br>Carte blanche en résidence & exposition <br> Mairie de Villeneuve-Sur-Lot
LIENS (EXTRA)-ORDINAIRES<br>commande<br> Association Parrains par mille
LA TABLE DE L'ORDINAIRE<br>PRIX NIEPCE 2009<br>France
Fidèles au poste<br>commande<br>25 ans de France info <br>France
LA GRANDE BORNE<br>2001<br>Carte blanche de la Caisse des Dépôts
L'ÉCHO D'UN CHUCHOTEMENT<br> résidence & exposition<br>Pôle photographique Diaphane<br> Flixecourt
FROID DANS LE DOS <br>Fondation Abbé Pierre <br>exposition & publication
UN AIR DE REPOS <br> Travail en cours
IMMOBILE HOME
LES ENLIVRÉS<br>Missionnée par la Ville de Paris et Bibliocité