LES FRANÇAIS :

Leslie, 30 ans, Responsable partenariat chez Universal.
Écoute Radio Classique, Nova et France inter.
Je voyais depuis longtemps ce poste à côté de l'évier chez ma cousine, il était toujours éteint. Disons qu'il était devenu un objet de décoration. Son côté ludique pour trouver les fréquences me rappelle l'enfance. Et le jour où elle est partie vivre à l'étranger, elle me l'a offert ! Avec mon cousin, nous écoutions en boucle une musique que nous adorions tous les deux. Après son décès, un jour de tristesse, je lui ai demandé de me faire un signe. Quand j'ai allumé le poste, je suis tombée sur ce morceau de Kate Jarett que nous écoutions. Pour moi la musique est définitivement un symbole de mémoire et de souvenir.

David, 37 ans, Encadreur.
Écoute Radio Classique.
A l'atelier j'écoute Radio Classique, il n'y a quasiment pas de publicité excepté pour les sonotonnes, la revente de l'or, les viagers, des trucs médicaux, c'est vraiment pour les personnes âgées. Je suis un néophyte en musique classique mais quand je découvre un morceau sublime, grandiose, je me surprends à chantonner la mélodie au vendeur de la FNAC pour retrouver l'album.

Madame Tissandier, 80 ans. Retraitée.
Je perds la vue depuis 3 ans, je n'y vois plus grand chose. Comme je ne peux plus regarder la télévision, mon fils m'a offert cette petite radio. J'aime écouter les Grosses Têtes à 16H, les histoires de crime de Pradel. Le casque c'est très bien, je comprends mieux parce que je suis aussi sourde d'oreille. En revanche, il m'empêche d'entendre quand quelqu'un sonne à la porte, c'est l'inconvénient. J'ai essayé les oreillettes mais ça fait mal.

Monsieur Lessage. Boucher.
Écoute MFM et France info.
J'écoute France info dans mon camion tous les matins pour aller à Rungis ! Je serais incapable de travailler sans. C'est le moyen d'être informé, de se tenir au courant de ce qui se passe, c'est important vis à vis de la clientèle. Ici à la boutique, comme nous travaillons vite, nous écoutons de la musique en fond sonore. Cela fait presque 15 ans que j'ai ce poste offert par un commercial de chez Ice Tea. À la radio, il y a des voix qui te parlent. Il y en a une en particulier (je ne sais plus sur quelle radio) dès que je l'entends, je vois ma mère dans la salle de bain se mettre de la laque sur les cheveux. À ce moment là, elle devait être prête et je devais enfin avoir le droit d'entrer. Elle devait écouter la radio je suppose ?

Chrystel, 35 ans. Comédienne.
J'écoute France info le matin au réveil, mais je suis en conflit avec mon chéri qui lui préfère Nova. Du coup, il faut dealer en permanence pour savoir qui va écouter quoi. Autrement j'écoute la radio sur un poste multifonctions qui fait cd et lecteur de Iphone. Comme les enfants ont cassé l'antenne, la radio ne fonctionne pas bien. J'ai téléchargé les applications et j'écoute beaucoup en podcast. Mon fils de 4 ans a découvert notre collection de cassettes enregistrées. Nous lui avons expliqué que quand nous étions jeunes, nous faisions des compiles avec les morceaux qui passaient à la radio. Nous n'avions jamais le début du morceau puisqu'il fallait un petit temps pour embrayer le bouton "enregistrer". Par exemple, je n'ai jamais réussi a avoir les premiers accords pour "Hôtel California" des Eagles !

Ezeddine, âge inconnu. Garagiste
Écoute Radio Beur.
Avec les bruits des moteurs et radiateurs à soufflerie, nous n'entendons pas grand chose. Cela fait 10 ans que j'ai le même poste.

Claude, 54 ans. Agriculteur Céréalier.
Écoute France Bleue Normandie et Nostalgie.
J'écoute la radio dans ma voiture et mes tracteurs parce qu'à la maison, je regarde exclusivement la télévision. Quand je suis dans ma moissonneuse, je n'ai pas besoin d'en descendre alors je peux écouter des émissions intéressantes. Dans mon tracteur qui jette la paille, comme je monte et descends sans cesse, je mets de la musique. C'est comme un livreur qui descend toutes les 10 mn, il va écouter des choses plus musicales. Avec le temps, les fermes se sont agrandies et les machines ont évoluées. Dans les années 60-70, les cabines protégeaient l'agriculteur seulement de la pluie. Aujourd'hui, nous pouvons y passer jusqu'à 15 heures. Il nous faut donc du confort : alors nous avons les fauteuils pneumatiques, le GPS, la radio stéréo avec lecteur de cd et même le frigo !

Nicolas, 38 ans. Metteur en scène.
Écoute France Culture, France inter et france Info.
J'allume la radio et je me pose, je reste là à écouter sans rien faire d'autre. Il y a comme un rapport à l'enfance : la radio te raconte des histoires, c'est comme un livre-disque de Picolo Saxo ou Pierre et le Loup. Sauf qu'aujourd'hui, ce sont des histoires pour les grands. La radio est une présence rassurante dans la même pièce que toi. Tu as aussi l'impression d'être unique puisqu'elle s'adresse à toi.

Matthieu, 41 ans. Bassiste.
Écoute France inter.
J'ai commencé à écouter la radio avec les radios libres dans les années 80. J'avais demandé pour mon Nöel un radio k7. Un jour, ma mère à découvert que je faisais des enregistrements d'émissions diffusées à 3 heures du matin. Elle me l'a confisqué jusqu'aux vacances d'été. Je m'en souviens encore.

Joe, 52 ans. Menuisier
J'écoute des radios musicales, partout, de ma salle de bain à mes chantiers. Parfois mes clients me surprennent en train de danser, c'est naturel chez moi. Je fais de la batterie, j'aime jouer par dessus les morceaux. L'autre jour je suis tombé sur le Boléro de Ravel, j'ai pris mes baguettes et j'ai fait mes percussions dessus. Je suis resté scotché. Je fais du rock, c'est ma passion, c'est vrai, mais j'ai besoin de m'échapper de ce style musical, alors je vais sur Fip (aussi pour la voix de la nenette) sur Nostalgie, Nova et Oui FM. J'écoute la radio pour me nourrir de nouveaux sons car j'aime tout style musical : rock, lyrique, jazz, chanson française, classique. D'ailleurs, je trouve dommage à la radio d'avoir toujours le même palier musical.

Lili, 8 ans.
J'écoute France inter, c'est une radio pour les grands. J'écoute dans la cuisine, la salle de bain (j'ai un poste exprès qui va sous l'eau) et dans ma chambre sur mon poste Barbie que j'ai eu pour mes 4 ans. J'ai entendu qu'il n'y avait plus assez de poissons dans la mer et j'avais peur que Kadafi devienne le président de la France. J'aime l'émission Les petits bateaux. Il y a des enfants qui posent des questions et des grands qui y répondent. Moi j'ai posé une question, c'est maman qui m'a donné le téléphone, il fallait parler après le bip. Ma question était : Pourquoi ne parlons pas tous la même langue ? j'attends tous les dimanches la réponse à ma question mais je sais que la réponse peut encore n' arriver que dans quelques mois.

Christel, 34 ans, photographe .
J'écoute France Culture pour son contenu mais aussi parce qu'il n'y a pas de publicité. Il y a pas longtemps, je disais à un ami que l'hiver était long. Il m'a fait remarquer que les journées rallongeaient car nous entendions de nouveau les oiseaux chanter le matin. Je me suis rendue compte que je ne les entendais plus car la radio était allumée en permanence. Depuis cette histoire, j'allume le poste que pour écouter et non plus pour une présence. La radio est un média sans image. C'est l'inverse de la photographie, mon métier. Avec la radio, tu participes, c'est ton imaginaire qui illustre ce que tu entends. Une voix sans image vient percuter ta conscience et tes sentiments. Si je ne peux pas écouter la radio, je podcaste quasiment toutes les émissions. Tu te dis, j'ai juste à tourner un bouton pour avoir accès à la connaissance gratuitement et sans effort. Le podcast, pour ça, c'est démentiel.

Erwan 33 ans, auteur et Alexi 34 ans, Kinésithérapeute.
Alexi : J'ai commencé par écouter Radio FG dans ma piaule d'étudiant sur mon radio réveil, maintenant nous écoutons principalement radio nova. La radio est une sorte de présence, c'est quelque chose qui ne te happe pas, c'est pas figé comme la télévision. J'adore aussi le grésillement, c'est aussi ça la radio. Si je me retrouve sur un vieux poste et que le son n'est pas bon, je me satisfais du petit truc que, de temps en temps, tu ne saisis pas. C'est comme les vieilles cassettes, c'est charmant. Erwan : La radio c'est passionnel, fusionnel, épidermique, du matin au soir. Je mets la radio parce qu'aussi le silence m'angoisse. Quand j'étais jeune, il y avait une radio où les auditeurs appelaient pour poser une question. Un jour, j'ai appelé, j'ai obtenu un RDV téléphonique et quand la radio a rappelé, c'est ma mère qui a décroché. Elle les a envoyés bouler.. je n'ai jamais eu la réponse à ma question. Écouter la radio me donne bonne conscience tandis que je culpabilise quand je regarde la télé.

Alexa, 35 ans. Photographe.
Dans les transports en commun du coin, on t'impose la seule radio locale France Bleue Drôme Ardèche. C'est la radio où il passe les petites annonces des personnes qui ont des choses à vendre, en général, assez pourries et très chères. La radio, c'est le genre de choses dont nous héritons de nos parents comme la banque, la marque de voiture et le vote. J'écoute Fip, Nova, France culture, France inter et une radio médiévale qui ne passe que sur le net qui s'appelle Ancien FM. À la maison, mon père écoutait le foot sur son poste posé sur la table, tout près de lui pour contrôler le volume. Ma mère ne supportait pas le sport et l'emmerdait avec des bruits de casseroles et criait "Ah ! tu nous emmerdes avec ton foot, c'est vulgaire !". Cela reste un bon souvenir !

Josseline, 54 ans et son chat Roméo. Opticienne à la retraite.
J'ai toujours écouté la radio, et toute ma vie RTL. J'aime beaucoup les chansons notamment les émissions de variétés comme Stop ou encore de Vincent Perrault. De temps en temps, j'appelle le standard et donne mon vote pour le chanteur que j'aime comme François Felman, Cloclo ou Sardou. Je suis fière de moi quand la vedette repasse à l'antenne grâce à mon appel. J'aime me mettre sur ma chaise, là, les bras appuyés sur la table et ne rien faire, à part écouter. Ainsi je me repose, c'est un vrai moment de détente. J'aime les vieux postes avec leurs formes rétros. En revanche, la qualité du son m'est tout à fait égal !

Julien, Blandine, Astrée et Félix.
Nous n'avons pas la télévision et consacrons du temps à nos enfants le soir. Tous les quatre, dans le salon, nous écoutons Radio Classique, Fip ou TSF. La radio nous réunit, pour Astrée ce sont des moments de danse improvisés et Félix fait de la toupie dès qu'il entend de la musique. Le matin, en revanche, nous sommes rythmés par la matinale de France Inter spécifiquement. Le programme est un repère de temps. Hier, Astrée a mis de la musique le matin et du coup je n'avais plus mes repères !

Mireille, 80 ans. Agricultrice à la retraite.
Je me réveille à 6h30 avec France inter sur mon radio réveil et je me lève une heure plus tard. J'aime bien connaître les nouvelles et être au courant des choses. J'écoute la radio en faisant la cuisine, sur mon poste à piles que mon mari me pique pour aller à la salle de bain. C'était difficile d'écouter la radio quand je travaillais : il y avait l'étable avec nos vaches, nous écrémions le beurre, nous nous occupions des volailles et les vendions au marché. Je n'avais pas le temps. Aujourd'hui, si c'était à refaire, je pendrais un poste autour du cou, j'ai déjà vu ça. D'ailleurs, dans la salle de traite, certains éleveurs écoutaient la radio. Je trouve que ça fait trop de bruit pour la bête. Il faut savoir écouter nos vaches, c'est comme cela que nous savons si elles vont bien ou pas. Il faut savoir être attentif pendant la traite.

Jean-Claude, 63 ans. Mécanicien à la retraite.
Je collectionne les radios TSF depuis l'âge de 20 ans, je dois avoir environs 84 postes en état de parfait fonctionnement et une soixantaine en attente de réparation. Il y a des épaves aussi là dedans, mais je les garde pour les pièces. Mon plaisir au départ, c'est la réparation. A 14 ans, je réparais les réveils de ma tante. Mais l'horlogerie est bien plus compliquée que les postes à lampes. En ce qui concerne les radios, plus elles sont en mauvais état voir très abîmées, plus ça m'intéresse ! Pour restaurer un poste, on commence par tout déshabiller, on le démonte entièrement. Il y a la partie châssis et toute l'ébénisterie à poncer, polir, vernir.

Victor, 20 ans. Étudiant en droit.
À la base, je n'écoute pas la radio mais un soir, je m'ennuyais et suis tombé sur une émission de foot sur RMC After foot. Cela fait 3 ans que je l'écoute. J'aime les animateurs de cette émissions, sans langue de bois, l'ambiance est comme à la maison. Ma famille est exaspérée, elle pense que je suis totalement influencé par cette émission. Il y a plus de liberté qu'à la télévision, c'est moins formaté. Ils ont d'ailleurs essayé de passer cette émission en format télé et cela n'a pas marché.

Joss, 67 ans. Libraire à la retraite.
Je suis née au milieu des postes de radio TSF dans l'arrière boutique de mon père à Montparnasse. Je me rappelle de l'odeur de la sciure de bois et de la soudure dans l'atelier. Il y avait toujours plusieurs postes allumés en même temps, c'était beaucoup de bruit et de grésillements quand il cherchait les fréquences. Il fabriquait entièrement les postes à lampe dans les années 50, ensuite il a vendu des transistors. Dans les années 60, nous vendions beaucoup de postes aux maghrébins parce qu'ils captaient mieux les ondes courtes. J'ai été toute mon enfance entourée de son. Dans ma jeunesse, j'allais à la plage ou à la campagne avec un transistor Optalix. J'écoutais Salut les copains et nous dansions autour de ce poste une partie de la nuit.

Anne 55 ans. Directrice des relations extérieures dans l'édition.
Pour moi la radio c'est la vie, c'est écouter des gens qui ont des choses à dire. Je me nourris de toutes sortes d'émissions et sujets : politique, jardin, peoples, cuisine et même multifoot ! Je ne suis pas un buvard, il faut changer de radio pour ne pas être formatée, c'est important, avoir une mosaïque de pensées est essentiel. Quand les enfants étaient petits, nous écoutions Difool sur Skyrock. Il n'y avait pas de censure et ses émissions ont permis d'apporter des réponses aux questions d'ordre sexuel. Nous ne pouvions interdire à nos enfants d'écouter ce qu'ils, de toute façon, auraient écouté. Par ailleurs, si la publicité était plus créative, humoristique ou un peu plus décalée ce serait génial. Mais entendre un lapin parler pour vous faire manger du lapin, c'est insupportable. L'imaginaire de la voix, c'est magique, à travers elle vous avez toutes les possibilités. Il y a 2 millions de mères au foyer en France, si à 18h il y avait 10mn d'histoire pour les enfants, ce serait formidable pour tous, imaginez : le grand méchant loup à la radio !

Caroline, 47 ans. Designer.
J'écoute exclusivement Chant de France. J'ai choisi cette radio parce qu'il n'y a pas d'information. Écouter la radio c'est être dans une bulle, c'est prendre du temps pour moi. L'info, je vais la chercher à travers mes rencontres ou les journaux papiers. Chant de France, c'est rentré dans un univers que je connais, je me sens bien, je ne suis pas agressée, c'est de la tendresse vocale et auditive. J'ose dire aussi que je suis malheureuse de ne pas comprendre les chansons anglaises. J'aime les histoires chantées par Grégoire, Zazi ou Kali. À mon sens, ils parlent vrai et vendent du bonheur. J'écoute sur mon iphone mais aussi sur une radio en forme de glace Miko chinée dans le plus grand marché aux puces du monde aux Etats-Unis, à côté de Miami. Je la trouvais drôle, en forme de cornet, elle fait années 70, elle va bien avec Chant de France.

Sonia 43 ans, comédienne.
J'écoute la radio sur mon poste offert par la Société Générale avec des points cumulés. Il fonctionne sur pile parce que je le déplace toute la journée. J'écoute Europe 1 depuis 1976. Mes parents déjà écoutaient cette radio, le dimanche en famille il y avait les clans Europe 1 et RTL. Adolescente, j'avais un Radiola à gros trous et en bachélyte noir, derrière, il y avait les autocollants collés des têtes des animateurs.

Dans la même rubrique
LES FINLANDAIS À TABLE<br>Commande<br> Centre Culturel d’Helsinki
BIENVENUE CHEZ NOUS<br>Commande<br>Pôle photographique Diaphane<br>Picardie
LA TABLE DE L'ORDINAIRE<br>PRIX NIEPCE 2009<br>
UN ÉTÉ AU QUARTIER<br>commande<br>Centre méditerranéen de la photographie de Corse
LIENS (EXTRA)-ORDINAIRES<br>commande<br>Association Parrains par mille
FROID DANS LE DOS <br> Fondation Abbé Pierre <br>
OUVERTURE EXCEPTIONNELLE <br> commande  <br> Mairie de Villeneuve-Sur-Lot