FRANCE CULTURE / FROID DANS LE DOS

1 novembre 2016 • La presse en parle

Les Petits Matins présentée par Emilie Chaudet sur France Culture parle du projet « en résistance contre le froid » réalisé pour la Fondation Abbé Pierre.

Écoutez le billet

Il y a des images que l’on doit plus sentir que regarder. Des images où il est question de températures. Des images qui cherchent à nous montrer comment, de quoi, dans quel environnement, dans quelle histoire, elles sont nées. Il s’agit de plusieurs intérieurs aux quatre coins de la France. Plusieurs intérieurs qui se ressemblent. Des tapis, des couvertures, des murs blancs aux tâches sombres, translucides, comme des ombres qui planent. Des lits dans le salon. Des radiateurs d’appoint et des poêles, le linge qui sèche pendant des jours, à même le sol, ou recouvrant les portes. C’est l’histoire de Valérie, 44 ans, au nez rosi par le froid qui tricote en regardant attentive, sa fille qui se tient debout devant elle, sucette à la main, écharpe, et bonnet de laine. Valérie, vit avec ses deux filles et son mari, dans une caravane, installée sur ce terrain, dans le Loiret, sur lequel la maison qu’elle a faite construire est inhabitable. Ailleurs, à Lyon, c’est une pièce déserte, où trois petites banquettes en velours rouges, disposées côte à côte, avec des coussins aux motifs orientaux, qui cachent des tâches noires sur le mur. Deux petites tables en bois, des poufs en cuir superposés, un écran plat accroché au mur. Une pièce qui ressemble à un entrepôt. C’est le salon de Rachida 55 ans, mère célibataire de 6 enfants, et qui vit dans une pièce à 12 degrés où tous dorment ensemble pour se tenir plus chaud. Il y a aussi cet intérieur clair est spacieux, une immense bibliothèque surchargé sur le mur gauche, des livres un peu partout. Un paquet de pâtes et une bouteille de vin vide posés sur une table au premier plan. Puis au centre, une immense tente, aux allures de yourte, tapis épais au sol, un lit deux places un bureau et une guitare. Guillaume, 50 ans célibataire et au chômage. Je n’ai jamais eu aussi froid de toute ma vie depuis que j’habite dans ce squat. Un squat en île de France, où ses occupants peuvent subir la coupe définitive de leur compteur à tout moment. Il y a aussi ce couple de retraités à Lens, au frigo vide, au linge lavé à la main, aux douches devenues rares, qui disent s’habituer à tout, sauf à l’idée de se retrouver à la rue. Il y a ces visages qui se mettent en scène, la plupart du temps sans se montrer. Les visages d’une précarité, sur le fil, toute proche de nous. Ceux, pris par la photographe Stéphanie Lacombe, à travers son travail sur la précarité énergétique, et que l’on peut voir sur le site de Mediapart. Le chercheur Bruno Maresca les accompagne de mots. Ceux d’une honte d’avoir si peu, d’une peur de tout perdre complètement. « Qu’est-ce qu’avoir froid chez soi en France au XXIè siècle? », demande le chercheur. La réponse se trouve dans ces intérieurs, à mettre entre guillemets. Dans ces murs assombris, dans la vie regroupée dans une même pièce. Sur ces peaux, rougies ces corps, tendus et surcouverts, marqués par l’inconfort, la dureté d’une vie dans un chez-soi que l’on a du mal justement à associer à soi.

Emilie Chaudet